Échange franco-norvégien

Le lycée Les Bruyères de Sotteville-lès-Rouen organise depuis 2007 un échange bisannuel avec la Videregaende Skole de Skien, ville de 50 000 habitants située dans la région du Télémark.

Recherchez par mot-clés

Europe et International

Temps de lecture 3 minutes

L’objectif en est double : linguistique tout d’abord puisque la langue de travail est l’anglais, langue que maîtrisent parfaitement les jeunes Norvégiens ; culturel ensuite, puisque les élèves séjournent en famille et sont ainsi impliqués dans le mode de vie scandinave. Ils suivent des cours avec leurs correspondants et sont à même d’observer le système scolaire norvégien où l’autodiscipline règne en maître. Lors de leurs séjours en Norvège, les jeunes Français ont l’occasion de visiter la maison natale du dramaturge Ibsen ou de s’extasier devant les tableaux de Munch à Oslo. Il est à noter que les élèves inscrits en classe européenne ont la possibilité de choisir cet échange comme thème de leur oral de baccalauréat.

Du 22 au 27 septembre 2014, les jeunes Français ont eu la joie d’accueillir leurs correspondants. Un séjour dense, qui les aura menés des salles de cours du lycée au musée Eugène Boudin à Honfleur. Le mardi, après une matinée consacrée à un temps d’accueil et à des cours avec leurs correspondants, les jeunes Vikings sont allés à l’assaut du CDI afin de préparer leur invasion de la région. Armés de guides et autres livres sur Rouen et Honfleur, les groupes de Français et Norvégiens mélangés avaient pour mission de préparer les sorties prévues pendant la semaine : jeu de piste sur le thème de la cathédrale, quiz sur Satie, recherche d’informations sur l’impressionnisme, les échanges fusaient en anglais et tous se quittèrent avec la satisfaction du devoir accompli. Du mercredi au vendredi, sous un grand soleil, les diverses visites : musée Flaubert, Jardin des plantes, cathédrale et centre ville de Rouen, musée Boudin et maison Satie à Honfleur, ont permis aux élèves de découvrir les lieux sur lesquels ils avaient travaillé.

Le samedi sonnait l’heure du départ, mais à la tristesse de la séparation se mêlait le bonheur de savoir que tous se retrouveraient à Skien en mai 2015.