Le service éducatif du Mont-Saint-Michel expérimente une visite inédite

Le service éducatif du Mont-Saint-Michel expérimente les visites à distance afin « d’ouvrir » le monument aux élèves malgré tout.

Depuis le début de la crise sanitaire que nous traversons, l’Abbaye du Mont-Saint-Michel cherche par tous les moyens à maintenir le lien entre le monument et les élèves, en développant le numérique au service de la mission d’EAC commune au ministère de l’Éducation nationale et à celui de la Culture. Dans le cadre d’une expérimentation au sein de 12 monuments du Centre des monuments nationaux, ce nouveau projet, porté par l’enseignante missionnée par la DSDEN de la Manche, n’est pas seulement une solution de remplacement en période de fermeture de l’abbaye, c’est une véritable expérience complémentaire, une visite inédite et saisissante, impossible dans le réel. Cette visite tire parti de toutes les potentialités offertes par l’outil numérique pour aller au-delà des possibilités d’une visite in situ. 14 classes du local à l’international (Cherbourg, Fontenay aux Roses, Casablanca, Chicago, Los Angeles…) sont engagées dans ce processus de test jusqu’à la fin du mois de février.

L’émotion de la rencontre authentique avec un bien patrimonial ne pourra jamais être remplacée mais l’immersion proposée par ce nouveau dispositif, le confort de relations humaines privilégiées, la possibilité de déambuler seul et librement dans l’abbaye, d’emprunter des passages impossibles à emprunter dans le réel, les apports experts d’un historien font de cette expérience une expérience unique pour les élèves et leurs enseignants. Basée sur un scénario de recherche du trésor liturgique de l’abbaye, la visite à distance transporte les élèves en 1420 au plus proche de la réalité historique.

Une technologie et un dispositif de médiation inédits au service des apprentissages

La technologie déployée est une photogrammétrie (Matterport) proposant une numérisation 360° avec intégration de contenus médias réalisée par la société Notoryou.

L’utilisation ressemble à celle de Google Street View. La connexion entre la classe et le médiateur s’effectue via une plate-forme de visio-conférence permettant une interactivité de qualité, une réelle relation pédagogique, l’émotion de l’échange à distance. Différents dispositifs sont testés pour répondre à toutes les situations d’enseignement (présentiel, distanciel, hybride).

Ces dispositifs permettent, presque tous, une modalité de visite virtuelle complètement inédite : l’exploration du monument à travers l’interface de déambulation est complètement libre et prise en main par les élèves. La médiation qui a lieu en direct s’adapte à cette exploration personnelle. Les temps de médiation sont ré-interrogés comme de véritables temps d’apprentissage et ouvrent à de nouvelles perspectives pédagogiques. Ils nécessitent une dextérité pédagogique consistant pour le médiateur à considérer que les élèves ont leur propre rapport au savoir issu de leurs différentes expériences acquises en même temps que pouvoir intervenir pour construire leur réflexivité vers un choix partagé. Il s’agit d’une quête exploratoire mobilisatrice et porteuse de sens entre les données du réel (la découverte des lieux par la déambulation, une approche sensible des réalités) et les connaissances théoriques, résolue par la concertation, la coopération entre les élèves.

Autrement dit, les élèves entrent dans une exploration personnelle guidée par des repères temporels et spatiaux et s’interrogent ensemble sur ce qu’ils voient pour chercher à comprendre.

Une expérience internationale pour des perspectives locales

Les classes impliquées dans cette phase de test sont des classes du réseau de la Mission Laïque Française (MLF) et des classes de la Manche du CE1 à la 3e et enseignement spécialisé : Valladolid (Espagne) 3e, Casablanca (Maroc) CM2, Los Angeles (USA) CM2, Chavenay (78) CE2/CM1, Saint-Lô (50) IME, Chicago (USA) CE2/CM1, Bata (Guinée équatoriale) CE2 à 5e, Tripoli (Liban) CE1, Fontenay aux Roses (92) CM1, Précey (50) CM2, Cherbourg (50) CE2.

La collaboration est fructueuse et les retours d’expérience très positifs :

  • « Moment privilégié permettant d’apprendre les choses autrement »
  • « On se sent plongé dans le décor qui est splendide »
  • « Ça nous a appris des choses sur le Moyen Âge »
  • « Le scénario est vraiment top dans une abbaye-château fort-labyrinthe »
  • « On a pu apprendre en jouant »
  • « Ça donne envie de venir en vrai mais c’est surtout la joie d’avoir vécu et partagé un moment unique »

Certaines classes demandent même de poursuivre la découverte par une recherche dans les sources historiques. D’autres proposent une utilisation ultérieure avec les parents…

Dès le mois de mars, ces visites seront proposées aux classes de la Manche hors processus d’expérimentation. Leur inscription est d’ores et déjà possible en contactant la professeure des écoles missionnée au service éducatif, Delphine Davy.

Pour les autres classes de l’académie, une pré-réservation est possible à la même adresse.

Cette chasse au trésor virtuelle s’inscrit dans une proposition pédagogique du service éducatif autour de l’exposition Merveilles d’Or et d’Argent qui sera présentée à l’Abbaye du Mont-Saint-Michel entre septembre 2021 et janvier 2022 par le Conseil Départemental de la Manche.

Cette expérimentation de visites à distance pensée pour pallier les contraintes sanitaires et sécuritaires permettra également à l’avenir de lever certains freins matériels tels que le coût du transport et permettra également l’accès à des publics éloignés géographiquement ou en situation de handicap.