Les petits sorciers d'Elbeuf

Les orpailleurs de l'école Georges Brassens d'Elbeuf à la quête de la pierre philosophale.

Les DNL (Discipline Non Linguistique, c’est-à-dire l’utilisation d’une langue étrangère pour un enseignement qui n’est pas linguistique : mathématiques, histoire, sciences…) à l’école primaire ? Si cet enseignement est réservé aux élèves de lycée et expérimenté par quelques enseignants de collège, l’évoquer pour des élèves de cours moyen semble relever de la fiction. Et pourtant, la baguette magique d’Harry Potter a encore frappé et les élèves du cours de CM1 / CM2 de Véronique Camia évoluent dans un bain d’anglais que ne renieraient pas nombre de professeurs du secondaire.En effet, l’anglais est plus qu’un fil rouge dans la classe de Véronique Camia. Amoureuse de cette langue et de Londres, elle communique avec bonheur sa passion à ses élèves. 

Le thème retenu cette année était l’oeuvre de Joanne Rowling ; tous allaient vibrer aux aventures du petit sorcier à Poudlard. Extraits des livres, de films et bandes-son, toujours en version originale, les occasions ont été nombreuses de se familiariser avec le monde magique de Harry et ses amis. Broom, sorcerer, ou encore owl, ces mots ont pris place dans le répertoire que les futurs collégiens mettront dans leur cartable l’an prochain. Un travail thématique sur les personnages, les costumes et les lieux, la motivation pour les cours d’anglais était toute trouvée.

Cerise sur le pudding, un séjour à Londres était organisé du 4 au 6 juin 2015. Découverte de Greenwich village qui a donné lieu à un cours de géographie sur le méridien une fois de retour en France, promenade en bateau sur la Tamise de Big Ben à la tour de Londres, cérémonie de la relève de la garde et …la visite des studios Warner pour le Harry Potter Studio Tour. Les apprentis sorciers ont pu voir les balais voler, rencontrer Hagrid, se promener au milieu des maquettes des décors. Un moment « magique » qui donnait du sens au travail accompli depuis la rentrée de septembre.En amont du voyage, toute une préparation linguistique et culturelle avait été menée : travail sur la monnaie, comment commander au restaurant, demander son chemin,… des connaissances qui ont été exploitées avec bonheur lors de leur séjour. Séjourner dans une auberge de jeunesse internationale leur a aussi permis d’échanger en anglais avec d’autres groupes étrangers. Les parents ont dû s’adapter au « bilinguisme » de leurs enfants, la majorité d’entre eux souhaitant maintenant regarder les films en version originale.

De retour en France, les yeux encore pleins de taxis noirs et bus à impériale, chacun a écrit son compte-rendu du voyage - en anglais bien sûr -, réalisé un reportage photographique personnel, et travaillé à la conception et réalisation d’un jeu de Cluedo « Harry Potter ». Vous aurez deviné que les règles et cartes de jeu en sont rédigées en anglais. Par ailleurs, Véronique Camia exploite toute situation : les enfants ne comprennent pas un mot français ? Elle leur donne un synonyme puis la traduction en anglais. En mathématiques, le travail des échelles est mené à partir d’un plan de Londres. 
Tous les jours, la date est inscrite en français et anglais sur le tableau. Un spectacle de fin d’année ? Ses élèves chanteront cinq chansons du Livre de la Jungle, toutes en anglais.

Il ne fait nul doute que ses 19 petits anglicistes en herbe garderont un souvenir fort de leur année à « Poudlard » et ne rêvent que d’une chose, retourner au pays de sa Majesté.