Les tribulations de 21 Brayons en Chine

Du 17 au 25 octobre 2019, vingt-et-un élèves de terminale du lycée Georges Brassens à Neufchâtel-en-Bray ont effectué un périple de neuf jours dans l’empire du Milieu, voyage organisé par Dorothée Rihal et Laurence Carrez-Martin, professeures de chinois et d’histoire/géographie.

Recherchez par mot-clés

Europe et International

Temps de lecture 5 minutes

L’itinéraire les a conduits en premier lieu à Shanghai, la capitale économique. Ils ont ensuite rejoint en train de nuit Xi’an, la capitale culturelle, avant de rallier Pékin, la capitale politique, de nouveau en train de nuit. Neuf jours et huit nuits de voyage (dont deux en train et deux en avion), des activités et visites chaque jour, ce voyage fut particulièrement dense mais tous en parlent avec des étoiles dans les yeux, oubliant la fatigue due à un rythme intense. Le premier objectif était linguistique : mettre les élèves en situation réelle de pratiquer le chinois mais également l’anglais, et ce, avec des objectifs précis : saluer un Chinois, demander des informations (achats, prix, horaires…), ou passer une commande au restaurant. Dans chacune des trois villes, ils ont eu la possibilité de se débrouiller seuls dans une grande rue. Argent en poche, il leur appartenait de réussir à se nourrir, mission qu’ils ont adorée. « Pas de chinois, pas de nouilles sautées » aurait pu en être le slogan ! Par ailleurs, chaque jour, ils ont eu l’occasion d’être acteurs d’activités diverses : calligraphie, cuisine, dégustation de thé, Taiji ou gymnastique dans un parc… Communiquer était une obligation créée par une situation concrète et tous se sont surpris dans cet exercice. Cette activité était doublée par un exposé en chinois sur le lieu visité ou l’atelier pratiqué, exposé qui avait été préparé en amont du voyage et qui donnait lieu à une notation. Les deux trajets en train longs d’une quinzaine d’heures ont également été l’occasion d’échanger avec des locaux. Parallèlement, les élèves devaient collecter des informations afin de réaliser un carnet de voyage qui répondait à des points bien précis (exhaustivité, originalité, point de vue personnel, documents authentiques, mots et phrases en chinois et esthétisme) et de préparer les dossiers du bac.

Car le second objectif était culturel et se raccrochait aux thématiques travaillées dans le cadre de deux notions du cycle terminal :

  • lieux et formes de pouvoir : étudiée à Xi’an à travers la visite de l’armée enterrée, à Pékin, dans la cité impériale, avec la forme de pouvoir impérial du premier empereur Qin Shi Huangdi au dernier empereur Pu Yi et à travers l’étude de la cité interdite et la place Tian’anmen. Ce travail consistait en la description physique des lieux à travers l’organisation de l’espace et allait jusqu’à l’analyse des formes du pouvoir de la Chine impériale à la République Populaire de Chine ;
  • espaces et échanges : travail sur le route de la soie en étudiant à travers la visite de la grande mosquée de Xi’an mais aussi de temples bouddhistes la façon dont les religions, les idées, les marchandises ont transité par cette voie et en étant aussi attentifs à la façon dont les nouvelles routes de la soie sont présentes de nos jours.
  • Pluridisciplinaire, ce voyage a directement concerné deux collègues du lycée autres que l’enseignante de chinois : le professeur de philosophie, pour lequel les élèves devaient remplir un questionnaire au cours de leur déplacement et Laurence Carrez-Martin pour qui ce voyage était extra-ordinaire en ce sens qu’il lui a permis de réaliser son cours de géographie sur la ville mondiale en direct, situation qu’elle souhaite à tous ses collègues de pouvoir vivre un jour, mais également de pouvoir faire affiner à ses élèves leur perception de la Chine dans le monde depuis 1949, sujet à leur programme de baccalauréat. Tous et toutes devaient préparer de nouveaux exposés qu’ils présenteraient à leur retour aux autres élèves de terminale en cours d’histoire/géographie. Les élèves s’étaient beaucoup investis pour la préparation du voyage et cet investissement se situait également au niveau financier : économies réalisées par les familles depuis la classe de seconde, multiples opérations menées depuis la classe de première, mais à les écouter :

  意志使爬上山顶成为可能;没有我们,我们将停留在山脚下。

(la volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne – proverbe chinois).

 Et personne n’est resté dans la plaine !