Prévention des conduites addictives

Première cause régionale de mortalité, les conduites addictives contribuent largement à la situation sanitaire globalement défavorable de la Normandie au regard de la France métropolitaine.

Les usages sont marqués par le développement des poly-consommations et la précocité des premières expérimentations (http://orscreainormandie.org/wp-content/uploads/2019/12/Chiffres-cl%C3%A9s_Addicto_04112019.pdf). Ces usages s’installent dans les années lycées (https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Action_sanitaire_et_sociale/80/2/Enclass_Juin_2019_OFDT_Tendances_1145802.pdf). Leurs conséquences sont multiples sur les apprentissages, le risque de décrochage scolaire, le risque de violences liées à l’alcool, etc. C’est pourquoi la prévention des conduites addictives est une thématique prioritaire pour l’académie de Normandie.

Un continuum éducatif de prévention peut être construit à travers des dispositifs financés par l’assurance maladie :

  • À l’école : GBG ou good behavior game. Stratégie de gestion du comportement en classe, GBG est déjà mis en œuvre par les enseignants dans deux écoles de Caen et d’Evreux avec le soutien de l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie (ANPAA) ;
  • Au collège : Unplugged. Programme de travail sur les représentations des collégiens, piloté par la Fédération Addictions, il comprend 12 séances interactives d'une heure, menées par des enseignants formés, et met l'accent sur l'alcool, le tabac, le cannabis et les risques engendrés par une surexposition aux écrans. Il est actuellement implanté à Lisieux, Sotteville et Evreux ;
  • Au lycée : Tabado. Destiné aux publics des lycées professionnels et CFA où des poly-consommations sont fréquentes, piloté par l’institut national du cancer, il accompagne les élèves de 15 ans et plus vers l’arrêt du tabagisme dans 12 établissements de Normandie.

Action locale inspirante

L’ensemble de l’équipe éducative, pédagogique et de santé du collège Lottin de Laval à Orbec a mis en place le programme Unplugged dans une logique de parcours des classes et en lien avec les familles. L'établissement s'est positionné dès 2018 pour s'engager dans le programme Unplugged. Ce dernier s'intègre dans le parcours santé défini par le CESCI après un diagnostic établi par la communauté éducative. La mise en place du programme a débuté par la formation de 9 professionnels de l'établissement sur les CPS et le programme Unplugged. Ces professionnels ont tous été mobilisés sur la co animation avec  l'association ESI14 pour mettre en œuvre le programme sur la première année scolaire 2019-2020 auprès des trois classes de 5ème et une classe de 4ème. L'expérimentation du programme n'a pu être menée dans sa globalité en raison de la situation sanitaire ; en fin d'année, un bilan a permis de réajuster les modalités d'intervention pour la rentrée suivante. Des professionnels sont toujours mobilisés sur cette nouvelle année 2020-2021, en étant très investis et moteurs dans le programme. Les élèves sont réceptifs, participatifs et voient les séances comme l'opportunité d'aborder des sujets différents et de manière ludique et interactive (jeux de rôle, travail en petits groupes...). La mise en œuvre du programme prend sens au cœur du projet d'établissement et du parcours santé :  le dispositif au-delà des quelques freins rencontrés constitue une plus-value dans la démarche du CESCI visant à informer et sensibiliser les élèves et les familles aux conduites addictives.

Par ailleurs, l’association "’arbre des connaissances", agréée par le ministère de l’éducation nationale, propose des ressources scientifiques sur le mécanisme des addictions à l'alcool et aux drogues pouvant être utilisées dans les enseignements de la 4ème à la terminale : www.maad-digital.fr. Un nouveau support "Jouer à Débattre sur les conduites addictives", proposé par l’association, permet d’organiser des débats pour aborder avec des collégiens et lycéens la problématique des conduites addictives dans le cadre d’actions pédagogiques et éducatives.

La question des usages et mésusages des écrans se pose dans le cadre de la prévention des conduites addictives. Même s’il n’y a pas de consensus scientifique à ce sujet et si on ne peut pas parler d’addiction au sens strict, il convient de rester vigilant, avec les parents, pour qu’une pratique excessive des écrans par l’enfant ou l’adolescent n’entraîne pas des conséquences sur son développement, son comportement, son attention et ses apprentissages. Des repères par tranche d’âge sont proposés pour accompagner enfants et adolescents face à leur exposition aux écrans.

Action locale inspirante

Au collège Lucie Aubrac à Bueil, le CESC propose plusieurs actions sur les écrans à destination des élèves, et les parents sont invités à réfléchir sur l’accompagnement de leurs enfants en matière d’utilisation des réseaux sociaux et de cyberharcèlement.