Quelques nouvelles des résidences d’auteurs 2020-2021 en partenariat avec L'IMEC

Les points de départ sont lancés !

Les résidences de Kris, Aliona Gloukhova et Marcus Malte à l'Abbaye d'Ardenne, dans le cadre des résidences de création et d'éducation artistique et culturelle ont débuté depuis le mois de décembre.

Les trois auteurs qui se sont croisés à L’IMEC, ont démarré leurs ateliers dans les établissements du périmètre de Caen.

Daac  Gloukhova

Kris

  • collège Sévigné et école Paul Bert (Flers) ;
  • collège Lucien Goubert (Flamanville), école primaire d’Héauville.

KRIS a été le premier à commencer les ateliers dès le mois de décembre.

L’auteur a emmené les élèves dans différents chemins lors des ateliers aussi bien au collège Paul Bert de Flers qu’au collège Lucien Goubert de Flamanville. Ainsi dans certains ateliers, il a fallu « creuser pour trouver des histoires », que ce soit au sens propre ou au sens figuré, piocher dans ses rêves pour écrire... ». Dans un autre atelier, les points de départ des textes ont consisté à imaginer un personnage dans un lieu inquiétant, écrire à la façon des aventures dont vous êtes le héros, choisir un lieu au hasard sur un globe et imaginer le début de l’histoire. On a discuté de voyage, on a échangé ses expériences avant d’écrire une lettre à un ami pour raconter sa découverte d’un pays. Souvenir, vécu et ressenti ont été autant de pistes riches à suivre pour nos auteurs en herbe.

Aliona Gloukhova

  • collège Balzac (Alençon) ;
  • collège du-Moulin-de-Haut et école primaire Blanche et Théophile Maupas (Percy-en-Normandie).

Aliona Gloukhova est arrivée en janvier à L’IMEC. Elle est intervenue au collège Honoré de Balzac d’Alençon, avec des classes hybrides de troisième et de SEGPA, amenant les élèves à composer des poèmes en liant leur vécu, leurs sentiments. Après avoir fermé les yeux pour écouter leurs émotions, les élèves ont cherché un matin à identifier leurs mouvements intérieurs. Un autre jour, ils sont partis du verbe tomber : « Qu’est-ce qui tombe ? », leur a-t-on demandé. « Je suis tombée, je me suis relevée », fut une des propositions d’Aliona Gloukhova. Chacun a pu alterner les recherches individuelles, en duos, en groupes, faisant varier les réflexions écrites et orales.  

« La nostalgie est une boite de bonbons interminable ». Les élèves sont vite entrés dans l'univers d'écriture poétique.

Marcus Malte

  • collège Boris Vian (Mézidon-Canon) ;
  • collège Diderot (Tourlaville).

Marcus Malte a débuté en février sa résidence à L’IMEC.

Les classes des collèges Diderot de Tourlaville et Boris Vian de Mezidon viennent de commencer les ateliers dans l’univers de l’écrivain. Dès les premiers ateliers Marcus Malte a plongé les élèves dans le rôle d’écrivain. Il a fallu créer un personnage réaliste, différent de soi-même à partir d’un certain nombre d’éléments (trait de caractère en un mot, particularité physique, situation familiale, profession, etc.). Puis comme l'auteur l'a annoncé, il faudra prendre du plaisir à entrer dans des jeux d'écriture (par exemple faire vivre l'objet fétiche de son personnage).