There is an alternative

Entretien avec Pascaline Feist, professeure des écoles en CE2 à l’école élémentaire Marcel Dupré de Barentin qui a emmené deux ans de suite ses élèves au centre Grosvenor Hall Kingswood, à Ashford, dans le Kent. Une alternative au voyage pour les établissements qui n’arrivent pas à trouver d’établissement partenaire ?

Temps de lecture 4 minutes

Pourquoi avoir choisi cette formule ?

Les enfants étaient vraiment petits pour être confiés à des familles, et en termes de bagage linguistique c’était très léger. Dans un centre, les enfants sont avec nous 24 heures sur 24 et c’est très rassurant au niveau sécurité.

Comment se passent les journées dans le centre ?

Il y a une brochure sur leur site internet, et on fait notre choix parmi toutes les activités proposées. Par journée sont proposées trois heures de cours et trois activités ainsi qu’une veillée le soir. À nous de dessiner un programme, choisir les activités, donner des indications sur les contenus de cours si on le souhaite. Nous sommes tout le temps avec nos élèves, sauf pendant les trois heures de cours, ce qui nous permet de faire le point sur la journée précédente, préparer la suite… Ils nous aident aussi à organiser nos journées de visites si on souhaite en faire et nous accompagnent pour aider à l’encadrement et veiller à la sécurité de nos élèves. Au niveau de la sécurité, c’est vraiment parfait avec des enfants jeunes. Le centre accueille des jeunes de 7 à 18 ans et ils ont une énorme expérience.

Cette formule semble avoir répondu à vos attentes.

Oui, absolument. La qualité de l’enseignement était vraiment très bonne, les enfants ont un portfolio vraiment fourni, de bonne qualité et toutes les activités sont vraiment excellentes. J’apprécie particulièrement la souplesse de leur formule, ils s’adaptent à nos demandes.

Comment vos élèves l’ont-ils vécu ?

En préparation, ça crée un lien fort avec eux et leurs parents. Pendant le séjour, ils sont dans un tourbillon d’activités et de découvertes, ça les fait énormément grandir. Ils se découvrent et reviennent changés. Au niveau pédagogique les retombées sont énormes toute l’année. Ils sont très réceptifs les mois avant le voyage, motivés par le projet et l’anglais. J’ai fait des maths, du sport en anglais, une semaine anglaise… Ma classe était très soudée et ils reviennent en se sentant anglophones et anglophiles. Ça s’inscrit dans la durée, car deux ans après, ils en parlent encore et servent d’ambassadeurs auprès des « petits nouveaux » de l’école. Au niveau du « vivre-ensemble », c’est aussi très positif. La vie en dortoir se passe très bien et ils « grandissent » en cinq jours. L’ambiance de classe est magnifique, il y a un respect qui rend notre enseignement plus facile du 1er septembre au 8 juillet.

Un message à passer aux collègues qui voudraient se lancer ?

Ne pas hésiter à se lancer. Je repartirai avec cette formule. Pour des enfants jeunes, je trouve que c’est un excellent moyen de séjourner en Angleterre. C’est très compétitif en terme de coût et très performant en ce qui concerne les cours et activités. Au niveau sécurité, on a l’impression d’être en maîtrise totale. Par contre, il faut qu’une des personnes du groupe d’enseignants français parle bien anglais, car on écrit des centaines de mails lors de la période de préparation du séjour, sans compter les coups de téléphone, et personne ne maîtrise le français au centre.