Voyage en Allemagne

Entretien avec Nathalie Vallée, professeure des écoles à Saint-Martin-du-Vivier, et ses élèves au sujet de l’action menée en allemand lors de l’année scolaire 2016-2017.

Recherchez par mot-clés

Europe et International

Temps de lecture 5 minutes

- Comment est né ce projet ?

Notre école a été contactée par Mathilde Dazy, professeure d’allemand au collège Michelet de Bihorel, qui se proposait de venir faire quelques heures d’initiation à l’allemand auprès de nos élèves de CM2. J’ai tout de suite vu l’intérêt et ai obtenu l’accord d’Isabelle Cuisiat, ma directrice. Nous nous sommes rencontrées et avons décidé de travailler sur une correspondance scolaire car cela s’intégrait avec mon projet annuel de parler avec mes élèves des enfants dans le monde. Dans le cadre de son échange avec un établissement à Uelzen, elle a trouvé un collègue de sixième qui a accepté de travailler avec nous. Les cours ont commencé à la Toussaint et comme mes élèves étaient très motivés, j’ai trouvé dommage de me limiter à une seule correspondance.

– D’où le voyage ?

Tout-à-fait. J’ai étudié avec Mathlide Dazy la possibilité de me greffer à son voyage en Allemagne, et de fil en aiguille, c’est devenu réalité et le dossier s’est monté.

- Avez-vous rencontré des problèmes pour la mise en place du voyage ?

Oui, il a d’abord fallu convaincre les parents de l’intérêt de cette mobilité et satisfaire par ailleurs à toutes les démarches administratives. Heureusement j’ai bénéficié du soutien et de l’aide de Serge Freulet, l’IEN de la circonscription. La dernière étape a été d’obtenir l’aval du collège car il leur a fallu réviser tous les devis, les modalités…

- Ce schéma peut-il être reproduit dans n’importe quelle école ?

Je dirais que oui à condition que les deux enseignant-e-s aient vraiment envie de se lancer, il ne faut sentir aucune réticence. Sinon, il n’y a vraiment rien d’insurmontable.  Si l’occasion se présente à nouveau, je recommencerai sans hésiter. Il faut juste avoir un accompagnateur qui parle la langue du pays visité.

- Que reste-t-il aux élèves de cette expérience?

Ils ont gardé la correspondance, ont prévu de continuer à écrire et certains souhaitent recevoir leur correspondant un jour. Ils sont par ailleurs en train de rédiger un compte-rendu et il y aura un article sur le site de l’école. Un diaporama  sera également présenté un soir aux parents.

Paroles d’élèves

Les cours d’initiation

« Ce n’étaient pas vraiment des cours mais plutôt un stage une heure par semaine. »

« On était assis en rond et on se passait un doudou qui nous donnait la parole. »

« Avant, je trouvais que l’allemand c’était vraiment très moche mais au premier cours j’ai trouvé ça super. »

La correspondance

« On avait deux correspondants chacun. On a écrit des lettres en anglais et madame Dazy nous aidait pour l’écrire aussi en allemand. Eux nous écrivent en anglais avec des mots traduits en allemand pour qu’on apprenne quelques mots. »

Le voyage

« Nous y sommes allés en train et nous sommes revenus en bus. C’était long et il y avait des bouchons. »

« On était dans une auberge de jeunesse et on a rencontré des Allemandes avec qui on a beaucoup parlé. »

« Avec nos correspondants, on a parlé allemand et anglais et on avait Google traduction pour nous aider. Mais ça coupait des mots, par exemple on a eu une phrase « est-ce que vos parents sont abandonnés » et je ne pense pas qu’elles voulaient nous poser cette question. »