Lycée Victor Lépine : les classes expérimentales @-TIP-EE

Salle de classe au lycée Victor Lépine

Au lycée Victor Lépine, une équipe de professeurs et un conseiller principal d'éducation ont révolutionné leur enseignement en modifiant radicalement leur pédagogie, les espaces et l’organisation des activités pour deux classes de seconde.

À l’origine du projet, une section difficile à gérer et à motiver. Des élèves avec des difficultés sérieuses d’apprentissage, des comportements problématiques et un état d’esprit très négatif. Les enseignants ont cherché des solutions pour sortir ces élèves de leur isolement, et les réconcilier avec les apprentissages en leur offrant des espaces séduisants, une plus grande autonomie et des projets motivants.

Pour cela, ils ont investi un tout petit bâtiment : deux salles et deux ateliers sur deux étages. Les deux salles de cours sont devenus les salles attribuées aux élèves (ce sont les enseignants qui se déplacent), l’une pour la section gestion administrative, l’autre pour la section marchandisage visuel.

La première idée était de relier une section d’enseignement tertiaire avec une section d’enseignement secondaire dans un bâtiment ouvert où la circulation des élèves se fait librement, des salles aux ateliers, mais aussi dans lequel les couloirs et le hall sont investis, y compris en dehors des heures de cours. Les élèves sont chez eux dans ce bâtiment.

Les salles de cours ont été repeintes et réaménagées : assises variées, décoration chaleureuse, équipement numérique. Le tout pour un budget très raisonnable. On offre ici aux élèves un espace d’étude, mais aussi d’autonomie, de collaboration, et de bien-être. Une réflexion particulièrement intéressante sur la séparation des espaces a été menée : on retrouve ici l’ambiance d’une médiathèque plus que l’espace contraint d’une salle de classe.

Bien entendu, la posture des enseignants a dû évoluer : ces nouveaux espaces obligent à limiter les temps de cours descendants. On laisse la part belle au travail d’équipe et à la pédagogie de projet.

À l’issue des premiers mois d’expérimentation, les enseignants observent des évolutions bénéfiques chez les élèves, plus calmes et plus investis en classe, mais aussi plus ponctuels et assidus. Eux-même témoignent d’un plaisir d’enseigner retrouvé.